dimanche 29 septembre 2013

Bienvenue chez les fous!





    Je me suis fait interner un soir de septembre. Je n’ai plus la date exacte mais fin septembre, les feuilles des arbres commençaient à tomber. Je suis arrivé menottés, entouré de deux flics. La secrétaire à l’accueil me regardait bizarrement puis un docteur (une femme) et deux infirmiers se précipitèrent vers moi. Le docteur s’adressa d’abord aux policiers.

« Messieurs, vous devriez lui retirer les menottes pour qu’on puisse l’examiner
- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée Docteur
- Monsieur, vous avez contacté notre service pour nous envoyer un patient ! Vous me l’amenez, il a saigné, il a des traces de coups ! Je suis là pour le soigner ! Détachez-le !
- Vous devriez déjà lui donner un sédatif, on le libère ensuite ! »

Elle se retourna vers moi

« Tu as pris quoi exactement ? »

Je lui balançais un petit sourire narquois mais ne répondez pas. Un des policiers pris la parole à ma place.

« On sait qu’il a bu, pris de la drogue. On suppose que c’est de l’héroïne car il en avait sur lui.
- C’est ce que tu as pris ou il y’a autre chose ?
- Dites à ces bâtards de me libérer et je vous réponds !»

Le moins sympa des deux flics me mit une tape derrière la tête avant de se faire engueuler par le médecin.

« Non mais ça ne va pas ! S’il avait quelque chose de grave à la tête ?! »

Elle avait l’air furieuse ! Elle prit les papiers des policiers, les signait et ordonnait qu’on me retire les menottes. Ils s’exécutèrent. Un des infirmiers s’approcha de moi et posa sa main sur mon épaule. Mon seul réflexe fut de lui balançait un coup de poing dans le visage. Ni une, ni deux, je me retrouvais empoigner par les policiers. Je me débattais, balançais des coups de pieds, de poings, j’hurlais les pires mots… Puis on m’enfonçait une aiguille dans le bras et d’un coup, je me retrouvais affaiblit et incapable de bougeait ! Ce qui s’est passé ensuite, je ne m’en rappelais pas !

Je me suis réveillé, attaché dans un lit. J’avais la tête dans le brouillard. Il y eu un long moment avant que quelqu’un vienne dans la chambre. C’était l’infirmier que j’avais frappé. Je lui avais fait un sacré cocard.

« Tu t’es réveillé ! De meilleur humeur ce matin ?! »

Je tournais la tête sans répondre. Il changeait ma perfusion.

« Pas bavard ! C’est pas grave, j’adore parler seul !... T’as un sacré bon coup de poing ! Même après trois jours, j’ai encore mal !
- Trois jours ?!
- Ouais mon pote ! Trois jours que tu dors !
- J’suis pas votre pote…
- Tu sais que tu vas rester un moment ici ?! Faut être plus sympa !... C’est bizarre mais tes parents ne sont pas venus te voir ?!
-  Ouais, c’est pas facile quand on est mort !
-  Ah… Désolé, je ne savais pas ! »

Il n’avait pas dû voir mon dossier ! Ma mère était morte et mon père, je ne le voyais plus. J’étais dans un foyer depuis environ 3 ans. Avant de partir, il me signalait que le docteur allait venir me voir dans cinq minutes. J’attendais car je n’avais pas le choix vue que j’étais attaché ! Elle entrait dans la pièce et avançait la chaise près de moi. Puis elle s’asseyait. Je regardais son badge et il indiquait qu’elle était psychiatre… Je détestais les psys.

« Bonjour Ezéchiel ! Tu vas mieux ?
- J’ai juste envie de pisser !
- Si je te détache, tu ne poseras pas de problème ?
-  Non… »

Bien sûre que je mentais. J’avais vraiment envie d’aller aux WC mais si elle croyait que j’allais revenir dans le lit gentiment, elle se plantait totalement. Elle me détacha et j’allais aux toilettes. Quand je sortais, elle avait fait venir deux gros balèzes.
« Tu sais, je vois quand les gens mentent. »

Je soupirais  et me dirigeait vers le lit.

« Est-ce que je te rattache ou tu vas te tenir bien ?
- Ouais, c’est bon ! Vous me saoulez déjà !
-  Bien, ça va être du sport avec toi !... Est-ce que tu peux me donner tes prénoms, nom ?
-  C’est écrit dans le dossier !
-  Ezéchiel Morgenstern Hayedeberg… C’est ta véritable identité ?
-  Ouais…
-  Par contre ils ne m’ont pas donné ton âge ?
-  20 ans !
-  Je te l’ai dit, ça ne sert à rien de mentir ! Réponds correctement et je te laisserai tranquille plus vite.
-  Pff… 17…
-  Pourquoi tu as été placé dans un foyer ?
-  Parce que je suis un fouteur de merde !
-  C’est pour ça que ton père ne pouvait plus te garder avec lui ? »

Je regardais sur la table de nuit et il y’avait une bouteille d’eau. Je la saisissais et lui balançait au visage tout en l’insultant. Elle appela des renforts. Les deux balèzes revenaient et me plaquaient au sol. Le docteur tenait sa joue. Elle était mécontente. Elle se baissait pour être à mon niveau.

« Très bien. Tu ne veux pas parler. Ce n’est pas un problème ! »

Elle se redressait et s’adressait aux deux autres.

« Mettez-le en isolement ! De toute façon, il va bientôt avoir des crises de manques. Il sera mieux là-bas ! »
Ils me mettaient une camisole et m’emmenaient à l’isolement. Une pièce vide avec des murs capitonnés.

Le premier jour dans cet endroit, ça avait été mais dès le deuxième jour, la psychiatre avait raison. J’étais en manque… Je frappais la porte, criais mais personne ne venait me voir. Les seuls fois ou la trappe s’ouvrait, s’était pour me donner à manger, voir si ça allait et de quoi me laver. Les salauds même pas un médoc pour compenser mon état de manque. Et les jours qui suivaient, je dormais et quand je ne dormais pas, je hurlais. Je voulais sortir de cette pièce. Je ne sais pas combien de temps j’y suis resté mais un matin, je me suis sentit mieux. Plus vraiment en manque, plus d’angoisses. Quand on m’a apporté à manger, j’ai demandé si je pouvais parler au docteur  Felds. On ne m’avait pas répondu. Mais un peu plus tard dans la journée, deux infirmiers venaient me chercher.

« Je vais ou ?
- Tu voulais voir la psy, on t’y emmène. »

Dans le couloir, des patients me regardaient. J’avais l’air de quoi avec ma camisole !

« Vous pouviez pas me retirer ce truc ! Tout le monde me regarde !
-  Te fais pas de soucis, on est dans un hôpital psychiatrique ! Ils connaissent les camisoles ! »

Ce connard s’était mis à rire ! J’arrivais finalement dans le bureau du docteur. Quand je m’installais dans le siège, elle me faisait un sourire.

« Bonjour Ezéchiel. Tu voulais me voir ?
-  Oui… J’ai pas le choix. Je suis obligé de rester ici, alors, j’veux bien faire des efforts mais sous certaines conditions.
-  Je t’arrête tout de suite. Ici, ce n’est pas toi qui fixe les règles ! »

Je me mettais à taper du pied et poussais un soupir d’énervement.

« Ce n’est pas pour t’embêter Ezéchiel mais si tu te montres coopératif, de mon côté, je veux bien entendre tes conditions et voir ce que je peux faire.
- Vous dites ça et après vous n’allez rien faire !
- Qu’est-ce que tu veux, là, tout de suite ?
- Des clopes !
- Bon, je ne suis pas pour, tu es trop jeune pour fumer mais d’accord, je demanderai à ce qu’on t’en donne mais si tu me dis pourquoi tu t’es énervé quand j’ai évoqué ton père ?
- Je n’aime pas mon père et c’est tout !
- Je vois ! Pour l’instant, on ne peut pas en parler. »

Après, nous avions parlé de choses et d’autres… Des trucs sans importance ! A la fin, elle m’avait dit de participer aux réunions de groupe, avec d’autres patients. Sur le coup, je m’étais demandé si elle ne se foutait pas de ma gueule. Je n’aimais pas parler de moi alors raconter ma vie à une bande de cinglés, je doutais que ce soit une bonne idée mais elle ne m’avait pas laissé le choix. 




Photo :  Établissement public de santé mentale de Caen@Karldupart

Ouverture du rideau !!!



Bonjour, Bonsoir,

Voilà, je me suis enfin lancé! Cela faisait un moment que je souhaitai sortir mes petites histoires... Surtout celle de "La Mauvaise Troupe"

A la base, c'est l'univers de mes BJD et j'avais envie de raconter leurs mésaventures. En général, je ne fais pas dans le comique... J'aime les histoires triste!... J'ai aussi tendance à aller très vite dans le rythme de mes histoires... Je me dis que de temps en temps, je devrais m'attarder sur les détails mais j'ai dû mal ><

Je ne fais pas de la grande littérature et je n'ai absolument pas cette prétention. Je le fais juste pour mon plaisir!

Sinon, moi... La plupart du temps, j'utilise le pseudo de Kazahaya sur les forums. Vous pouvez me trouver sur  Pullip Dream, Matériel Celeste, Méchanical Elixir, Doll In Wonderland... Je vais principalement sur ces forums!

En espérant que vous passerez un bon moment ^^